The Secret World Chronicle

Quoi c’est ?

Une série de bouquins (cinq en 2018) tirés de podcasts, eux-mêmes inspirés par des parties du MMORPG City of Heroes, co-écrits par Mercedes Lackey et plein d’autres auteurs. C’est en anglais.

Ça parle de quoi ?

Dans un monde contemporain où des super-héros – appelés “Meta”, pour métahumains – existent, le train-train quotidien est brusquement interrompu par une attaque brutale de Nazis en armures d’assaut. Les Metas sont à peu près les seuls à arriver à tenir le choc et arrêter l’invasion, et même eux se prennent une peignée.

Pourquoi c’est cool ?

Alors bon, on a des super-héros contre des super-nazis, il y a même des soucoupes volantes ; il manque des zeppelins et des dinosaures pour qu’on ait le Quinté du Cliché dans l’ordre. Mais l’histoire se déroule dans un monde contemporain avec pas mal de trucs bien pensés au niveau de l’interaction entres les héros et les pas-héros, le statut des organisations de Metas, les problèmes qui peuvent surgir quand soudainement les fondements de la société partent en gonade, etc.

Comment utiliser ça avec Freaks’ Squeele ?

Typiquement, The Secret World Chronicle est l’exemple d’un décor de campagne à grand spectacle, avec plein de trucs qui pètent – genre, des cités entières. Commencer une campagne sur le mode normal et, au milieu du semestre, poser une menace globale qui vient raser la moitié d’Avalyon et faire trépasser les familles des héros, voilà qui va donner de la motivation !

Bon, par contre, le ton est clairement plus sérieux que pour du Freaks’ Squeele classique : c’est la guerre, ça va saigner, il va y avoir des cendres et des larmes.